Arrêt du Tabac

En principe, l’arrêt du tabac fait partie des choses faciles à faire par hypnose…

Et c’est vrai si la personne n’a plus de problèmes dans sa vie!

Ca veut dire que pour l’arrêt du tabac, le moment idéal, c’est quand tout va bien : aucun souvenir difficile émotionnellement parlant ou douloureux, pas de stress au travail!

Alors comment faire? Car en pratique, tout le monde a un ou plusieurs mauvais souvenirs ou du stress au travail.

Mais pourquoi évacuer définitivement le stress et les mauvais souvenirs? Quel est le lien?

  • Si vous êtes stressé (e), le tabac vous aide à décompresser, comme une béquille… Ca répond à un besoin d’apaisement. Donc c’est une solution que votre esprit a trouvé pour gérer. Elle est donc, pour le moment, nécessaire à votre équilibre psychologique. C’est votre gestion du stress.
  • Vos mauvais souvenirs sont comme des blessures pour votre esprit ou comme un programme indésirable sur un ordinateur, ils réduisent vos ressources, vos forces, entraînent angoisse, anxiété, stress, nervosité, insomnies (…) par leur accumulation. Pour compenser tout cela, instinctivement, de façon compulsive, les personnes fument, mangent (ou boivent ou jouent ou achètent) de façon excessive. C’est le principe de l’addiction.

Stratégie gagnante adoptée pour réussir l’arrêt du tabac (et les autres addictions comme le cannabis) par l’ Hypnose :

  1. Éliminer le stress, les traumatismes et les mauvais souvenirs, cela peut se faire rapidement avec un hypnothérapeute, c’est le principe de l’hypnothérapie et de toute thérapie d’ailleurs.
  2. Évacuer le plaisir, la détente, le réflexe et l’habitude de fumer.
  3. Faire une liste des choses qui peuvent faire vraiment plaisir dans la journée ou la semaine qui respectent mieux la santé. Exemples : massages à 2 ou en institut de massage, sport (gym, piscine, course, vélo, marche, randonnée, art martial…), lecture, cinéma, sorties, téléphoner à des amis (avec le téléphone illimité), une passion, le bricolage, des cours de danse, club d’œnologie, faire du bénévolat, militer dans une association, jouer (entre amis, jeux de société, jeux coquins, jeux de rôle, jeux sur PC ou console), surfer sur internet…
  4. Pensez à ce que vous pourriez faire avec tout l’argent que vous économiserez en réduisant et en arrêtant le tabac (voyages, vacances, projets…). Commencez à réduire pour ne vraiment fumer que les cigarettes qui vous font vraiment plaisir.
  5. Faire en sorte que le tabac ne fasse plus partie de vous, c’est à dire ne fasse plus partie de votre identité. qu’il ne soit plus ancré. Arriver à penser comme un non-fumeur : ils n’y pensent pas car ils en sont détachés.

C’est la stratégie que j’ai adoptée, qui marche pratiquement à tous les coups en 1 à 2 séances pour un taux de réussite de 80% des personnes. Raisons des rares échecs : une personne qui croit que c’est son seul et dernier plaisir, qui se rebelle contre la pression de la société (ou de son environnement social : amis, famille…), qui est trop pressée et qui cherche un moyen miracle… Ou qui croit qu’elle va réussir en une seule séance d’une heure alors qu’il lui en faudrait un peu plus (cas d’une personne qui va plutôt mal)…

Au cabinet, la consommation habituelle de clope des fumeurs qui viennent pour arrêter de fumer est de 1 paquet par jour. Parfois 2 paquets par jour, ce qui indique un fort stress. 1 à 2 fois par an, je reçois une personne qui consomme 3 paquets par jour, tous les jours. En général, elle est en très mauvais état et cela prend plus de 2 séances.

En respectant cette stratégie, vous aurez peu d’irritabilité, peu de troubles du comportement ou d’effets indésirables.

La seule façon d’échouer à arrêter le tabac, c’est de renoncer à venir ou de renoncer à aller jusqu’au bout. Pour vous aider, il y a des témoignages d’arrêt du tabac: